Les trucs et astuces


 

Les trucs et astuces

 

----------------

Le rack amovible

Le rack porte bouteille est très pratique pour, comme son nom l'indique,

maintenir vos bouteilles de plongées pendant la navigation vers votre site de plongé favori,

afin que celles-ci ne viennent pas endommager console, boudin ou encore même vos pieds.

Voici ci-dessous le système conçu et réalisé par Sébastien COUTELO,

qui, afin de fabriquer son rack, c'est inspiré de ce qui se faisait sur le marché

mais en y apportant quelques bonnes améliorations.

(L'apanage de ceux qui fabrique mais qui utilisent aussi leur matériel...)

 

><(((º>`·.¸¸.·´¯`·.¸.·´><(((º>¸.
·´¯`·.¸. , ><(((º>`·.¸¸.·´¯`·.¸.·´><(((º>

 

Voici donc le fameux rack. Ce modèle a été entièrement réalisé par mes soins.

Je l’ai voulu démontable car mon pneu n’est pas dédié essentiellement à la plongée.

J’ai besoin de l’emplacement avant pour pêcher ou en tout cas essayer

(il est plus facile pour moi de photographier les poissons que de les attraper).

Vous remarquerez que j’ai équipe le rack d’un fond, ceci afin de ne pas marquer le plancher du pneu

avec le culot des bouteilles et par la même occasion d’y stocke les ceintures de plombs.

Le rack est lui-même isole du plancher par une fine plaque de revêtement anti-dérapant TBS.

Le tout est fixe au plancher par 4 vis M8 au 4 angles.

 

L’astuce, si on peut appeler ça comme ça réside dans les inserts qui reçoivent les 4 vis du rack.

On les distingue mieux en enlevant le rack.

 

Il s’agit d’une pièce triangulaire en inox au dos de laquelle est souder un écrou borgne de 8.

Le tout est fixé au plancher par 3 vis a tôle.

Lorsque le rack n’est pas en position des bouchons viennent obturer les trous et ainsi protéger le filetage du sable.

Il n’y a aucune parti saillante sur ces pièces. On peut marcher dessus sans risque.

 

Sébastien COUTELO

 

----------------

 

La remonté d'ancre facile

Un truc de vieux plongeur partisan du moindre effort. (Toujours mauvais en plongée !!!)

A la fin de la plongée sur un site profond, (+ de 40 m) au retour à l'ancre, gonfler un ballon de sorte qu'il soulève la chaîne sur la moitié de la longueur.

Au retour en surface, quand on remontera l'ancre, la baisse de pression augmentera le volume d'air et le mouillage reviendra seul à la surface... Very easy.

Jean.

----------------

Une variante du même système vu par MIYARU

Pour remonter la ligne de mouillage, nous utilisons un parachute de levage (un simple parachute de palier peut aussi suffire).

A la descente on place ledit parachute sur le mouillage (mousqueton).

Avec un rien d'air à l'intérieur, il flotte entre deux eaux ; ceci permet également de repérer plus aisément l'emplacement de la ligne.


Le dernier décroche le mouillage avant de remonter.

Le plongeur prend alors le mouillage en main, en laissant pendre la ligne entière,

ou mieux, en la lovant largement sur son avant bras.

La loi physique de Mariotte (et Boyle) aidant (dilatation de l'air à l'intérieur du parachute),

c'est alors Archimède et sa fameuse poussée qui se charge de supporter le poids de l'ancre.

Lorsque l'on arrive vers 10 mètres de profondeur, à proximité du pneumatique

(avec peut-être un "pendeur" pour les paliers), on peut en principe lâcher le parachute qui file en surface

avec tout le mouillage qui pend.

A bord on peut, dès lors, ramener l'entièreté du mouillage en lovant la ligne, et le parachute supportant l'ancre et sa chaîne, aucun dommage n'est subit par le flotteur du pneumatique.
Il ne reste plus qu'à attraper le parachute et l'ancre, de détacher le parachute (mousqueton).


Nous pratiquons toujours de la sorte, car même une masse de moins de 10 Kg,

c'est tout de même très lourd à remonter à bout de ligne et à la force des bras, avec ou sans davier !


MIYARU - Belgique.

----------------


Les protections de boudin

Au cours de votre mise à l'eau, si vous pratiquez une bascule arrière, "le cul" de votre bouteille peut frotter

le long de votre boudin, risquant non seulement de le griffer profondément mais aussi de le crever.

Certains pneus possèdent, d'origine, une partie renforcé sur les cotés des boudins.

Cette partie est donc collée de façon propre et esthétique.

Vous pouvez vous même coller des renforts, mais bien souvent les saisines vous gênerons.

Vous pouvez également avoir, dans un coin de votre pneu, un carré de bâche forte type bâche de camion,

que vous viendrez positionner sur votre boudin et retire après la plongée. Ce qui permet de conserver l'état

de propreté d'origine de votre pneu.

----------------

L'accroche Bouteille

Ce petit accessoire tout simple est composé d'un bout de 1 mètre, avec à chaque extrémités

des mousquetons en inox.

Vous placez un des mousquetons sur une saisine pendant que l'autre attendra sagement

que vous remontiez de plongée pour accrocher votre bloc... le temps de remonter à bord, léger.

 

Ci-dessous l'exemple de l'accroche bouteille de Jacques (Alias Tato 11) :

Longueur total 2,5 m.

Du mousqueton au flotteur 0,5 m

Le bout est en polypropylène de couleur jaune, dans l'eau cela se voit mieux !!

Le flotteur permet de maintenir le mousqueton en surface.

Simple mais efficace.

Jacques

----------------

La ligne de "Traîne"

Non, ce n'est pas pour pêcher du plongeur à la traîne... Quoique !!!

Dans les coins à forts courants, il est bon de laisser traîner accroché à l'arrière de votre pneu,

un bout de 20 à 30 mètres muni d'une bouée à son l'extrémité.

Le tout dérivant dans le courant, pour le cas où un plongeur manquerait le bateau à la remonté.

Le petit truc qui évite les grandes dérives.

Jean

----------------

Le pavillon Alpha

Pour les jours sans vents, voici le pavillon Alpha avec structures rigides

Les armatures en plastic "s'emboîtent" l'une dans l'autre.

Un serrage rapide avec des écrous papillon permet de déplier ou de replier à volonté.

Patrick

 

Vous avez certainement des trucs pour vous faciliter la plongée, n'hésitez pas à nous en faire part.

Avec si possible des photos

 

 

Retour au Sommaire de "Plongée en Pneu"